C'est là qu'on choisit le degré de restauration que l'on va appliquer, l'utilisation finale du véhicule: faire pépère le tour du quartier, avoir une bête de course pour faire des rallyes type Montécarlo, ou une bonne voiture capable de traverser l'Europe à 130 km à l'heure, d'une seule traite.

Le degré de remise en état est proportionnel au travail qu'on est capable de faire soi-même, et au budget qu'on veut y consacrer.